Icebreaker - Le Bottin des Jeux Linux

Icebreaker

🗃️ Specifications

📰 Title: Icebreaker 🕹️ / 🛠️ Type: Game
🗃️ Genre: Arcade 🚦 Status:
🏷️ Category: Arcade ➤ Dexterity ➤ Wall ➤ JezzBall 🍥️ Name: icebreaker
🔖 Tags: Arcade; Bounce; JezzBall; Remake; Tux; Mouse 📦️ Arch: ✓
🐣️ Approx. start: 2000-09-01 🍥️ On Deb repo: ✓
🐤️ Latest: 2013-02-13 📦️ Deb: ✓
📍️ Version: Latest : 1.9.9 / Dev : dca9c0f 📦️ RPM: ✓
🏛️ License type: FOSS/Libre 📦️ AppImage:
🏛️ License: GPL-2 📦️ Snap:
🏝️ Perspective: Bird's-eye view 📦️ Flatpak:
👁️ Visual: Fixed screen ⚙️ Generic bin.:
⏱️ Pacing: Real Time 📄️ Source: ✓
👫️ Played: Single 🌍️ Browser-based:
🎖️ This record: 5 stars 📱️ PDA support:
🎖️ Game design: 5 stars 👫️ Contrib.: Goupil & Louis
🎰️ ID: 11455 🐛️ Created: 2010-08-20
🐜️ Updated: 2021-09-16

📖️ Summary

[fr]: Un remake libre et multi-plateforme de Jezzball, un jeu d'arcade dont l'objectif est d'isoler les manchots sur la banquise (ils ont peur de l'eau, sans raison apparente), afin de les expédier en Finlande, où ils sont essentiels à un complot secret pour la domination du monde. Un clic droit pour l'orientation de la découpe de la banquise, un clic gauche pour la découpe (80% doit être enlevé pour le transport). Le score est inversement proportionnel au temps passé à les isoler. Après chaque niveau la difficulté augmente (+ 1 manchot et vitesse plus élevée). Plusieurs thèmes sont disponibles. [en]: A libre, multi-platform remake of Jezzball, an arcade game whose goal is to isolate the penguins on the ice floe (they are afraid of the water, for no apparent reason), in order to ship them to Finland, where they are essential to a secret plot for world domination. One right click for the orientation of the ice floe cut, one left click for the cut (80% must be removed for transport). The score is inversely proportional to the time spent isolating them. After each level the difficulty increases (+ 1 penguin and higher speed). Several themes are available.

🎥️ Videos

💎 Fonctionnalités / Features : (201404)


🕹️ Gameplay : (200803), (200712), (200809),

🕸️ Links

🏡️ Website & videos
[Homepage] [Dev site] [Features/About] [Screenshots] [Videos ft(201404) t(202xxx) ts(202xxx) gd(202xxx) gu(202xxx) id(202xxx) r(202xxx) lp(202xxx) g(200803) g(200712) g(200809) g[fr](202xxx) g[de](202xxx) g[ru](202xxx) g[pl](202xxx) g[cz](202xxx) g[sp](202xxx) g[pt](202xxx) g[it](202xxx) g[tr](202xxx) g(202xxx)] [WIKI] [FAQ] [RSS] [Changelog 1 2 3]

💵 Commercial : (empty)

🍩️ Resources
(empty) :
🛠️ Technical informations
[Open Hub] [PCGamingWiki] [MobyGames]

🐘 Social
Devs (Icebreaker Team [fr] [en]) : [Site 1 2] [Chat] [mastodon] [twitter] [PeerTube] [YouTube] [Interview 1 2]
Devs (Matthew Miller (mattdm) [fr] [en]) : [Site 1 2] [mastodon] [twitter] [PeerTube] [YouTube] [Interview 1 2]
Game : [Blog] [Chat] [Forums] [mastodon] [twitter] [PeerTube] [YouTube]

🐝️ Related
[Wikipedia (JezzBall) [fr] [en] [de]]
[Freecode]

📦️ Misc. repositories
[Debian] [openSUSE] [Repology] [pkgs.org] [archlinux]

🕵️ Reviews
[HowLongToBeat] [metacritic] [OpenCritic] [iGDB]

🐘 Social Networking Update (on Mastodon)

🕹️ Title: Icebreaker
🦊️ What's: A libre remake of Jezzball, an arcade game whose goal is to isolate the penguins on the ice floe
🏡️ http://mattdm.org/icebreaker
🐣️ https://github.com/mattdm/icebreaker
🔖 #linux #game #arcade #dexterity #jezzball #libre #deb #rpm #arch

🐧 Update: 1.9.9➜2.2.0
💼️ Bugfix
📌️ Changes: https://github.com/mattdm/icebreaker/releases
📖 Our entry: https://bit.ly/bottinLightOn
🐘 From: https://packages.debian.org/sid/icebreaker
🎥️🕹️ http://youtu.be/iyS-qD-4VnU

📕 Description [fr]

Un clone de Jezzball, dont l'objectif est d'isoler des manchots sur la banquise, par l'Icebreaker Team, initié par Matthew Miller (mattdm).
En C.

Icebreaker est un remake libre et multi-plateforme de Jezzball, un jeu d'arcade dont l'objectif est d'isoler les manchots sur la banquise (ils ont peur de l'eau, sans raison apparente), afin de les expédier en Finlande, où ils sont essentiels à un complot secret pour la domination du monde. Un clic droit pour l'orientation de la découpe de la banquise, un clic gauche pour la découpe (80% doit être enlevé pour le transport). Le score est inversement proportionnel au temps passé à les isoler. Après chaque niveau la difficulté augmente (+ 1 manchot et vitesse plus élevée). Plusieurs thèmes sont disponibles.


QUOI :

Donc, euh, il y a un groupe de pingouins sur un iceberg en Antarctique. Vous avez été sélectionné pour les attraper afin de les expédier en Finlande, où ils sont essentiels à un complot secret pour la domination du monde.

Afin de piéger les pingouins, vous devrez briser l'iceberg en petits morceaux (ils ont peur de l'eau, sans raison apparente. Ah bon. "The Matrix" avait plus de trous de dans leur scénario de complot que ça, et ça a quand même été un succès). Vous faites cela en faisant fondre les lignes dans la glace avec les outils spéciaux de haute technologie de GNU.

Mais si un pingouin frappe une ligne en cours, elle disparaît avec un bruit fort, et vous perdez une vie. (Oui, une vie. Cette histoire s'effondre vraiment, n'est-ce pas ? Mais n'ayez crainte - je continuerai jusqu'à ce qu'il soit complètement mort). [note]

Une fois que 80 % ou plus de l'iceberg a disparu, les morceaux restants sont suffisamment petits pour être transportés par bateau. Bien entendu, si vous parvenez à vous débarrasser de plus que cela, vous économiserez sur les frais de port, ce qui vous permettra de gagner des quantités exponentielles de crédits Geek (alias "score").

Une fois que vous avez expédié un lot de pingouins, il est temps de passer au suivant. Chaque "berg" suivant aura un pingouin de plus, et vous aurez une vie de plus. Cela continuera jusqu'à ce que vous perdiez, ou jusqu'à ce que vous dépassiez le niveau d'une centaine de pingouins, ce qui n'arrivera pas.

Bien sûr, c'est une mission urgente, donc vous serez pénalisé si vous êtes lent - chaque seconde environ, votre score baisse d'un point. Mais ne vous inquiétez pas, je ne suis pas complètement cruel, donc tous les points que vous gagnez à un niveau sont à vous pour toujours, peu importe le temps que vous prenez sur les icebergs suivants.

Pour autant que je sache, cela n'a aucun sens narratif, donc à ce stade, je déclare que la métaphore de l'histoire/du jeu s'est complètement effondrée. Allez juste jouer.

COMMENT :

Le bouton gauche de la souris permet de tracer des lignes ; le bouton droit (et/ou du milieu) permet de basculer entre les lignes verticales et horizontales. Notez que le clic gauche permet en fait de tracer deux lignes : soit vers le haut et le bas, soit vers la gauche et la droite. (Si l'une de ces lignes est touchée avant d'atteindre le bord de l'iceberg, vous perdrez une vie. Si les deux sont touchées, vous perdrez deux vies.

En guise de grâce, si vous cliquez directement sur un pingouin, il dira "Aïe" et rien d'autre ne se produira.

Une fois qu'une ligne est terminée, toute zone ne contenant aucun pingouin est effacée. Il tombe dans l'océan, pour ainsi dire. Une fois que 80% de la zone a été nettoyée, le niveau est terminé. Cependant, vous obtenez un bonus exponentiel pour chaque point de pourcentage au-dessus de ce chiffre, vous devez donc essayer de faire en sorte que votre dernière ligne dégage soudainement un énorme morceau de glace. (Encore une fois, cela prendra tout son sens une fois que vous aurez joué un certain temps.) Oh, et vous obtenez également un bonus (beaucoup plus petit) s'il vous reste des vies à la fin d'un niveau.

Vous avez des difficultés ? Un conseil : il est utile de créer des pièges en laissant intentionnellement certaines de vos lignes se briser. De cette façon, vous pouvez créer des zones plus petites dans lesquelles vous pouvez facilement attraper les petites choses embêtantes.

POURQUOI ?

Il existe un jeu pour MS Windows appelé "Jezzball". Vous remarquerez peut-être que celui-ci est extrêmement similaire. Il y a une raison à cela. Vous voyez, notre ordinateur principal à la maison fonctionne sous Linux la plupart du temps, mais il est équipé de Win95 pour un double démarrage si nécessaire. (Malheureusement, il est trop lent pour faire tourner VMware ou Wine.) Idéalement, bien sûr, la machine reste sous Linux, mais ma femme, Karen, aime vraiment les jeux de puzzle et est devenue très accro à ce truc de Jezzball. Eh bien, nous ne pouvions tout simplement pas laisser le système gaspiller sa vie sous Windows pendant tout ce temps, alors j'ai pris sur moi de créer une sorte de clone. (Ce n'est pas un clone pur, car j'aime à penser que j'ai fait beaucoup de choses d'une manière bien supérieure). On peut donc considérer ce jeu, d'une manière à la fois dangereusement geek et dangereusement sentimentale, comme une sorte de double lettre d'amour, à la fois à Karen et à Linux :).

C'est donc un peu ironique que IceBreaker existe maintenant dans une version MS Windows. Mais bon. Je sais que vous n'avez pas encore tous été convertis, et vous pourriez aussi bien profiter du jeu.

Oh, et pour répondre à une autre question "Pourquoi", spécialement pour mon ami Lars : pourquoi ce programme est écrit en C et utilise pourtant des commentaires de style C++ ? Parce que j'aime les commentaires de style C++, voilà pourquoi.

QUI :

Ce jeu a été écrit par Matthew Miller .

Les versions récentes ont immensément bénéficié de l'aide d'Enrico Tassi. C'est lui qui a réussi à faire fonctionner le portage Win32 de façon si agréable, et qui est à l'origine d'un grand nombre de nouvelles fonctionnalités fantaisistes. Enrico ne vit pas à Boston, mais il est un grand fan du groupe bostonien Letters To Cleo, ce qui n'est pas négligeable.

Un grand merci à Karen pour tout. En fait, si vous aimez vraiment ce jeu, allez voir Ten Thousand Villages, l'organisation à but non lucratif pour laquelle elle travaille. Et si vous habitez près de Boston, MA, arrêtez-vous au magasin de Coolidge Corner (Brookline) pour lui dire "Salut" et peut-être acheter quelque chose - ils ont des trucs cool et c'est une organisation vraiment géniale.

Merci également à Tae-Jin, pour m'avoir aidé à résoudre un méchant bogue, et à Paul pour ses tests, ses suggestions et la relecture de ce document. Et aux personnes du service d'assistance en bas pour avoir joué à ce jeu au lieu de travailler.

Les sons ont été soit créés à l'origine, soit empruntés à des sources sous licence libre et fortement modifiés. Merci à Wesley Crossman pour ses contributions. J'aimerais encore en avoir beaucoup de bons, soit pour améliorer les sons existants, soit pour de nouveaux thèmes.

L'image du pingouin est en grande partie de mon cru, mais elle est basée sur un graphique de Pingus.

QUAND :

Une semaine ou deux en septembre 2000, et même plus.

OÙ :

Vous pouvez l'obtenir sur : http://www.mattdm.org/icebreaker/
Signalez les bogues par courrier électronique :

QUEL :

(Comme dans, "De quelles bibliothèques dépend Icebreaker ?")

libSDL et libSDL_mixer. http://www.libsdl.org/

AVEC :

Je travaille maintenant activement sur IceBreaker, et quelques autres personnes l'ont fait aussi (notamment Enrico Tassi). Si vous voulez aider, ou si vous êtes simplement intéressé par ce qui se passe, allez voir la section développement du site web d'IceBreaker à http://www.mattdm.org/icebreaker/development.shtml.


L'original Jezzball :

IceBreaker est basé sur un jeu appelé Jezzball, écrit à l'origine par Dima Pavlovsky et distribué dans le cadre du Microsoft Entertainment Pack pour Windows. C'était un jeu assez populaire, comme on peut le voir sur des sites (archivés) comme le Jezzball Club House de David et Tia Rich. Cependant, Microsoft ne produit plus ce pack, et vous ne pouvez plus obtenir légalement le Jezzball original. Vous pouvez le trouver sur des sites de logiciels abandonnés, mais je vous encourage à télécharger IceBreaker à la place. Il est totalement gratuit et légal, et je suis heureux de voir que des gens profitent de mon travail.

En plus de la simple distinction entre un que l'on peut obtenir et un que l'on ne peut pas obtenir, il y a d'autres différences subtiles et moins subtiles.

Les raisons pour lesquelles IceBreaker n'est pas comme Jezzball :

• Open Source : IceBreaker est un code entièrement original sous licence GNU GPL. Cela signifie que non seulement vous pouvez télécharger le jeu et y jouer librement, mais aussi que vous pouvez contribuer à son amélioration - et que vous bénéficiez des efforts d'autres personnes pour l'améliorer. Si j'arrête un jour de distribuer IceBreaker, cela ne signifie pas que le jeu va mourir, car quelqu'un d'autre pourrait le reprendre. Le seul problème est que vous ne pouvez pas prendre IceBreaker et en faire un produit fermé, ce qui n'est que justice compte tenu du temps et des efforts que j'y ai consacrés.
• Multiplateforme : Jezzball est un programme 16 bits qui fonctionne uniquement sur Microsoft Windows. IceBreaker fonctionne sous MS Windows également, mais aussi sous Linux, BeOS, et plus encore. (Nous travaillons sur une version Mac OS X.) Et puisque vous avez le code source, vous êtes le bienvenu pour essayer de le faire fonctionner ailleurs aussi.
• C'est plus joli : Regardons les choses en face : Jezzball était addictif, mais ses charmes n'étaient pas vraiment apparents à la surface. IceBreaker, en revanche, a de jolis pingouins. Et, comme nous le rappellent les pubs de fin de soirée, ce n'est pas tout ! IceBreaker prend désormais en charge les thèmes, ce qui vous permet d'avoir votre palette de couleurs, vos sons et la petite icône rebondissante de votre choix. (Vous avez vu les captures d'écran ?)
• Mode plein écran : ne jouez pas dans une toute petite fenêtre. Débarrassez-vous de ces distractions et configurez le jeu pour qu'il occupe tout l'écran. (Notez que cette fonction n'est pas disponible dans la version 2.2 d'IceBreaker. A l'aide !
• Un tableau un peu plus grand : Oooh, comme c'est excitant. Jezzball se joue sur une grille de 28x20, et la représentation est telle que vous tracez des lignes le long des frontières des blocs de la grille. L'aire de jeu est beaucoup plus large que haute : les carrés individuels sur la grille ne sont pas des carrés. Dans IceBreaker, la grille est de 32x20, et vous tracez des lignes alignées avec les blocs eux-mêmes. Le changement de taille est dû au fait que j'ai rendu les blocs carrés - encore une fois pour l'apparence - mais je voulais garder la même forme apparente. Le résultat pratique de tout ceci est que vous devez nettoyer 80% du plateau, et non 75% comme dans le Jezzball. C'est simplement parce qu'il y a plus d'espace pour commencer.
• Mouvement basé sur les pixels : Dans le jeu original, les "atomes Jezz" sautaient du centre d'un espace de la grille au suivant. Dans IceBreaker, les pingouins (ou autres, selon le thème choisi) se déplacent pixel par pixel. Cela a plusieurs effets : premièrement, l'apparence est beaucoup plus lisse. Deuxièmement, cela signifie qu'il est impossible de piéger un pingouin dans une zone 1x1, et presque - mais pas tout à fait - impossible de le piéger dans 1x2. Troisièmement, les pingouins peuvent se regrouper en "flocks", c'est-à-dire en se déplaçant les uns près des autres. Cela se produit parce qu'il y a simplement plus d'endroits où se trouver. La deuxième chose rend le jeu plus difficile ; la troisième le rend un peu plus facile dans certains cas et plus difficile dans d'autres. Je pense que tout s'arrange.
• Des scores différents : Les points sont très différents. Il y a des points pour éliminer des carrés, mais rien de spécial pour compléter une ligne. Il s'agit de capturer des pingouins ; il n'y a pas de récompense pour avoir fait le travail de manière inefficace. Comme dans le cas de Jezzball, il y a un bonus à deux niveaux pour l'élimination d'un nombre de cases supérieur à la quantité requise - il est préférable de faire en sorte que votre dernière ligne coupe un espace énorme. Contrairement à Jezzball, les chiffres ne sont pas ridiculement élevés, et vous aurez l'impression qu'il y a un lien direct entre votre performance et le score exact que vous avez obtenu. Il y a aussi un petit bonus pour avoir des vies supplémentaires à la fin du niveau - Jezzball ne s'en souciait pas.
• Chronomètre différent : au lieu d'avoir un grand nombre qui tourne jusqu'à ce que vous perdiez, IceBreaker diminue simplement votre score d'une unité toutes les secondes, pour revenir au point où vous étiez au début du niveau. Cela décourage la paresse, mais empêche les niveaux les plus élevés de devenir une course contre la montre (et empêche le chronomètre de sembler complètement idiot dans les premiers niveaux).
• Impossible de changer la difficulté en cours de partie : Parce que c'était une tricherie boiteuse.
• Coups directs : Dans Jezzball, les extrémités de vos lignes (ou "murs") étaient protégées par un blindage. Ce n'est pas le cas dans IceBreaker. Mais je ne suis pas totalement sans cœur ; en échange, si vous cliquez directement sur un pingouin, vous entendrez juste un petit son "aïe" et votre vie sera épargnée.
• Pas de côté chaud/froid : Dans Jezzball, il y a un truc un peu bizarre où les balles "tournent" (les guillemets sont nécessaires car l'animation n'est pas vraiment convaincante) et où un côté est dangereux et l'autre non. Ce n'est pas vraiment excitant et cela ajoute une complication supplémentaire sans grand avantage. Cela peut être utile dans des situations serrées, mais dans IceBreaker, vous devrez simplement utiliser vos réflexes, quelle que soit l'orientation des pingouins. Y compris s'ils vous regardent directement.
• Pas de dialogue ennuyeux de nouveau jeu : Lorsqu'une partie est terminée, cliquez pour en commencer une nouvelle. Si vous voulez arrêter, il suffit de quitter. Vous pouvez le faire à tout moment. Quand vous en avez envie.
• Pas de mode démo intelligent : C'est une chose que j'espère ajouter éventuellement. Le jeu de démonstration automatique de Jezzball est assez bon, et IceBreaker n'a rien de tel.



🍥️ Debian :

Cassez l'iceberg

Donc, euh..., il y a un paquet de manchots sur un iceberg en Antarctique. Vous avez été sélectionné pour les attraper afin qu'ils soient envoyés en Finlande où ils sont essentiels à la réussite d'un complot secret pour la domination du monde.

Pour attraper les manchots, vous devez casser l'iceberg en petits morceaux. (Ils ont peur de l'eau, sans qu'il y ait vraiment de raisons. De toutes façons, Matrix avait plus d'incohérences pour leur complot et ça a quand même été un succès, alors...) Pour cela, vous devez faire fondre la glace avec des outils GNU spéciaux de pointe.

Lorsque 80% ou plus de l'iceberg aura disparu, les morceaux restants seront assez petits pour l'envoi. Bien sûr, si vous faites mieux, vous économiserez sur l'affranchissement de l'envoi donc gagnerez une quantité exponentielle de crédits Geek (aussi appelé « score »).

📕 Description [en]

"A libre remake of Jezzball, an arcade game whose goal is to isolate the penguins on the ice floe" (Serge Le Tyrant, Le Bottin des Jeux Linux / The Linux Games Book).

WHAT:

So, uh, there's a bunch of penguins on an iceberg in Antarctica. You have been selected to catch them so they can be shipped to Finland, where they are essential to a secret plot for world domination.

In order to trap the penguins, you'll need to break the iceberg into small chunks. (They're afraid of water, for no apparent reason. Ah well. "The Matrix" had more plot holes than this, and it still was a hit.) You do this by melting lines in the ice with Special High-Tech GNU Tools.

If a penguin hits a line in progress, however, it vanishes with a loud noise, and you lose a life. (Yes, a life. This story is really breaking down, isn't it? But never fear -- I'll keep going until it's completely dead.) [note]

Once 80% or more of the iceberg is gone, the remaining chunks are small enough for shipping. Of course, if you manage to get rid of more than that, you'll save on postage, thus earning you exponential amounts of Geek Cred (a.k.a. "score").

After you ship off one batch of penguins, it's time to move on to the next. Each subsequent 'berg will have one more penguin, and you'll have one more life. This will continue until you lose, or until you exceed level one hundred or so, which Ain't Gonna Happen.

Of course, this is an urgent mission, so you'll be penalized if you're slow -- every second or so, your score drops down by one. But don't worry, I'm not completely cruel, so any points you earn on one level are yours to keep forever, no matter how long you take on subsequent icebergs.

As far as I can tell, this makes no narrative sense whatsoever, so at this point, I declare the backstory / game metaphor completely collapsed. Just go play.

HOW:

The left mouse button starts drawing lines; the right (and/or middle) button toggles between making vertical and horizontal lines. Note that left clicking actually starts two lines: either up and down or left and right. (This will make plenty of sense when you're actually playing.) If one of these lines is hit before it reaches the edge of the iceberg, you'll lose a life. If both are hit, you'll lose two lives.

As a tiny bit of grace, if you click directly on a penguin, it'll say "Ouch" and nothing else will happen.

Once a line is completed, any area containing no penguins is cleared. Falls into the ocean, so to speak. Once 80% has been cleared, the level is complete. However, you get an exponential bonus for every percentage point above that, so you want to try to make your last line suddenly clear a huge chunk of ice. (Again, this will make sense once you've played for a while.) Oh, and you also get a (much smaller) bonus for having lives left over at the end of a level.

Having trouble? A hint: it's useful to make traps by intentionally letting some of your lines get broken. That way, you can create smaller areas in which you can catch the pesky little things easily.

WHY:

There's a game for MS Windows called "Jezzball". You may notice that this one is extremely similar. There's a reason for that. See, our main computer at home runs Linux most of the time, but it has Win95 set up to dual-boot if need be. (Unfortunately, it's too slow to run VMware or Wine well.) Ideally, of course, the machine stays in Linux, but my wife, Karen, really likes puzzle sorts of games and became highly addicted to this Jezzball thing. Well, we simply couldn't have the system wasting its life in Windows all that time, so I took it upon myself to create a sort-of-clone. (It's not a pure clone, because I like to think that I've done many things in a far superior way.) So this game can be thought of, in a simultaneously dangerously geeky and dangerously mushy way, as sort of a dual love-letter, to both Karen and Linux. :)

It's therefore somewhat ironic that IceBreaker now exists in a MS Windows version. Ah well. I know not all of you have been converted yet, and you might as well enjoy the game too.

Oh, and to answer another "Why" question, especially for my friend Lars: why is this program written in C and yet uses C++ style comments? Because I like C++ style comments, that's why.

WHO:

This game was written by Matthew Miller .

Recent versions have benefited immensely from the help of Enrico Tassi. He's responsible for getting the Win32 port to work so nicely, and for a lot of fancy new features. Enrico doesn't live here in Boston, but he's a huge fan of Boston band Letters To Cleo, so that counts for something.

Much thanks to Karen for everything. In fact, if you really love this game, check out Ten Thousand Villages, the non-profit organization for which she works. And if you live near Boston, MA, stop by store in Coolidge Corner (Brookline) and say "Hi" and perhaps buy something -- they have cool stuff and it's a really great organization.

Thanks also to Tae-Jin, for helping me squash a nasty bug, and to Paul for testing and suggestions and proofreading this document. And to the folks at the helpdesk downstairs for playing this game instead of working.

The sounds were either originally created or borrowed from freely-licensed sources and modified heavily. Thanks to Wesley Crossman for his contributions. I'd still like lots more cool good ones -- either improvements of the existing sounds or for new themes.

The penguin image is mostly my own work, but is based on a graphic from Pingus.

WHEN:

A week or two in September, 2000, and then some.

WHERE:

Get it from: http://www.mattdm.org/icebreaker/
Report bugs via e-mail:

WHICH:

(As in, "On which libraries does icebreaker depend?")

libSDL and libSDL_mixer. http://www.libsdl.org/

WHITHER:

I'm now actively working on IceBreaker, and a few other people have been too (most notably, Enrico Tassi). If you want to help, or are just interested in what's going on, check out the development section of the IceBreaker website at http://www.mattdm.org/icebreaker/development.shtml.


The Original Jezzball:

IceBreaker is based on a game called Jezzball, originally written by Dima Pavlovsky and distributed as part of the Microsoft Entertainment Pack for Windows. This was a quite popular game, as we can see from (archived) sites like David and Tia Rich's Jezzball Club House. However, Microsoft no longer produces this package, and you no longer can obtain the original Jezzball legally. You may find it out there from grey-area abandonware sites, but I encourage you to download IceBreaker instead. It's totally completely legally free, and it makes me happy to see people benefiting from my work.

In addition to the simple one-you-can-get/one-you-can-not distinction, there's some other subtle and not so subtle differences.

Ways in which IceBreaker is not like Jezzball:

• Open Source: IceBreaker is entirely original code licensed under the GNU GPL. This means that not only can you download and play the game for free, you can also help make it better -- and you benefit from the efforts of other people making it better. If I ever stop distributing IceBreaker, that doesn't mean the game will die, because someone else could take it up. The only catch is that you can't take IceBreaker and make it into a closed product, which is only fair considering the time and effort I've put into it.
• Cross Platform: Jezzball is a 16-bit program which runs only on Microsoft Windows. IceBreaker runs on MS Windows too, but it also runs on Linux, BeOS, and more. (We're working on a Mac OS X version.) And since you have the source code, you're welcome to try to get it to run anywhere else as well.
• It's Prettier: Let's face it: Jezzball was addictive, but its charms weren't exactly apparent on the surface. IceBreaker, on the other hand, has cute penguins. And, as the late night infomercials remind us, that's not all! IceBreaker now has themes support, so you can have your favorite color scheme, sounds, and bouncing tiny icon of your choice. (Didja see the screenshots?)
• Fullscreen Mode: don't play in a tiny little window. Get those distractions out of the way and set the game to take up the whole screen. (Or at least most of it -- there'll be a little bit of black border.) Note that this is currently broken in IceBreaker 2.2. Help wanted!
• Slightly Bigger Board: Oooh, how exciting. Jezzball plays on a 28x20 grid, and the representation is such that you draw lines down the borders of the grid-blocks. The playing area is much wider than it is tall -- individual squares on the grid are, um, not squares. In IceBreaker, the grid is 32x20, and you draw lines aligned with the blocks themselves. The latter is because I think it looks nicer; the size change is because I made the blocks square -- again for the appearance -- but still wanted the same overall apparent shape. The practical result of all of this is that you have to clear 80% of the board, not 75% as in Jezzball. This is simply because there's more space to begin with.
• Pixel-based movement: In the original game, the "Jezz atoms" jumped from the center of one grid space to the next. In IceBreaker, the penguins (or whatever, depending on the selected theme) move pixel-by-pixel. This has several effects -- first, it looks much smoother. Second, it means it's impossible to trap a penguin in a 1x1 area, and almost -- but not quite -- impossible to trap it in 1x2. Third, the penguins can bunch up into "flocks" a bunch moving close together. This happens because there's simply more places to be. The second thing makes the game harder; the third makes it a bit easier in some cases and harder in others. I figure it all works out.
• Different Scoring: The scoring is quite different. There's points for eliminating squares, but nothing special for completing a line. We're trying to capture penguins here; no rewards for doing the job inefficiently. Like Jezzball, there's a two-tiered bonus for eliminating squares above the required amount -- it's best to make your last line chop off a huge amount of space. Unlike Jezzball, the numbers aren't ridiculously huge, and you'll feel like there's a direct connection between exactly how well you did and the exact score you got. There's also a small bonus for having extra lives at the end of the level -- Jezzball didn't care about that.
• Different Timer: Instead of having a large number that spins down until you lose, IceBreaker simply decreases your score by one every second, back to where you were at the beginning of the level. This discourages dawdling, but keeps the higher levels from becoming a complete race aganist the clock (and keeps the timer from seeming completely silly on the first bunch of levels).
• Can't Change Difficulty Mid-game: Because that was a lame cheat.
• Direct Hits: In Jezzball, the ends of your lines (or "walls") were armor protected. Not so in IceBreaker. But I'm not entirely heartless; as an exchange, if you click directly on a penguin, you'll just hear a cute little "ouch" sound and your life will be spared.
• No Hot/Cold Sides: There's a kind of odd thing in Jezzball where the balls are "spinning" (quotes are necessary because the animation isn't exactly convincing) and one side is dangerous and the other not. This isn't really that exciting and adds an extra complication without much benefit. It might help in tight situations, but in IceBreaker, you're just going to have to use your reflexes, no matter which way the penguins might be facing. Including looking directly at you.
• No Annoying New Game Dialog: When a game is over, click to start a new one. If you want to stop, just quit. You can do it any time. Any time you feel like it.
• No Clever Demo Mode: This is one thing that I hope to add eventually. The demo game auto-player in Jezzball is quite good, and IceBreaker has no such thing.


🍥️ Debian:

Break the iceberg

So, uh, there's a bunch of penguins on an iceberg in Antarctica. You have been selected to catch them so they can be shipped to Finland, where they are essential to a secret plot for world domination.

In order to trap the penguins, you'll need to break the iceberg into small chunks. (They're afraid of water, for no apparent reason. Ah well. "The Matrix" had more plot holes than this, and it still was a hit.) You do this by melting lines in the ice with Special High-Tech GNU Tools.

Once 80% or more of the iceberg is gone, the remaining chunks are small enough for shipping. Of course, if you manage to get rid of more than that, you'll save on postage, thus earning you exponential amounts of Geek Cred (a.k.a. "score").

🔍️ Test [fr]

🕵️ Test (1.9.7, 1.9.9) :
Le graphisme est sympa, on peut y jouer également en mode plein écran (par menu).
En fenêtré l'interface est un peu petite, mais de très bonne qualité.
Un gameplay très prenant !